Apports du mouvement hippie dans l’art : Le Psychédélisme

Avant toute chose, petit rappel de ce qu’est le « mouvement Hippie ».

62159051.jpg

C’est un mouvement de contre-culture apparu dans les années 1960 aux Etats Unis, avant de s’exporter dans le reste du monde. Dans les années 60, nous sommes à une époque en quête de jeu et d’innocence, et de volonté « anti-crise ». C’est un mouvement né de la recherche d’émancipation de ses adeptes, d’un besoin de changement des consciences et d’un renouveau artistique.

Du mouvement Hippie sont nées une multitude de causes sociales : le féminisme, l’avancement dans la lutte pour les droits des noirs, mais aussi l’écologisme ou encore l’évolution des mentalités vers plus de philanthropie. C’est avant tout un fort héritage culturel et artistique, auquel nous allons plus particulièrement nous intéresser.

Le psychédélisme ou l’art de repousser les limites de l’art.

85007243_o
Pochette d’album The 13th Floor Elevators

Le psychédélisme est
né en Californie, à San Francisco, issu d’expérimentations tant graphiques qu’artistiques et sensorielles. Il se développe dans l’affiche et incarne les aspirations d’une génération qui revendique le rock et la liberté individuelle. C’est un courant de contre-culture qui a pour but de révéler, de façon consciente les effets mentaux de certaines drogues et substances hallucinogènes (en opposition avec les « rêves à l’opium » des philosophes, qui eux travaillaient sur l’inconscient). Le psychédélisme voit le jour en 1966 lorsque l’usage du LSD (qui fut interdit en 1965 aux USA et 1966 en Angleterre) se fait de plus en plus présent chez les jeunes. Mais bien avant cela, des tribus utilisaient déjà les drogues hallucinogènes et psychotropes pour s’élever spirituellement. Le psychédélisme n’est en fait qu’un descendant de certaines pratiques chamaniques d’un autre temps.

L’art psychédélique se divise en quatre grandes parties. On le retrouve dans la musique le cinéma, la littérature et les arts graphiques.

 

Le mouvement psychédélique.

Le psychédélisme est présent dans la bande-dessinés, les affiches et, évidemment, les pochettes de disques. Pour la bande-dessinée, plus au niveau du dessin et du style graphique que dans le scénario, l’art psychédélique est représenté par des formes et couleurs proches des « trips » hallucinatoires (CF Lone Sloane de Philippe Druillet).

Contemporain du Pop Art, l’art psychédélique avec ses images déformées, aux couleurs vives, discordantes et acidulées, parait agressif au premier abord.

peter-mac
Peter Max

Pourtant, cette imagerie fait référence à la spiritualité, à l’amour, à l’univers, au cosmos ou la nature.  Le graphisme psychédélique est donc une réaction romantique contre la société techno-industrielle de ces années.

C’est Bill Graham producteur de concert dans les années 60, qui est à l’origine de la prolifération de ces affiches pour la promotion des concerts. Le style est fait d’enchevêtrements et de courbes sinueuses qui se multiplient à l’infini (comme les  fractales.

Ces affiches sont pour la plupart composées par de fortes masses de lettrage laissant peu de place à l’image. La typographie est ondoyante et décorative à la limite de la lisibilité (CF Michael Mc Innerney).
L’usage de couleurs saturées et multiples est caractéristique. On retrouve l’influence à la fois de l’Art nouveau (CF Mucha :  http://lartnouveau.com/artistes/mucha.htm), les expériences visuelles liées à la prise de drogues hallucinatoires, et de l’art indien. Le psychédélisme est enfin un mélange de formes rondes et de couleurs vives, mêlant le froid et le chaud, courbes et pointes spiralées.

Les graphistes utilisent un répertoire de formes mouvantes et usent de couleurs vibrantes, et de motifs floraux. La calligraphie est faite avec des lettres qui s’imbriquent entre elles, douce, aux formes polies, qui convient à l’idéologie hippie : la non-violence.

album-comedie-musical-hair
Affiche de l’ablum de la comédie musicale « Hair »

Les affiches de concerts, les tickets de concerts, les prospectus pour les groupes et bien sûr les pochettes de disques, deviennent de véritables œuvres d’art qui bientôt vont envahir le monde en conquérant aussi la mode, le design et l’architecture.

La tendance “Happy » du graphisme psychédélique contemporain s’est inspiré de ce style, tel un remède anti-crise, un désir de retour à l’innocence aux rêves. Le psychédélisme contemporain devient alors une tendance festive et fantaisiste : mélange anarchique d’images, assemblage d’illustrations, de collages, couleurs criardes, personnages inspirés des mangas. On assiste également au retour des arcs-en-ciel, du symbole Peace and Love, ainsi qu’à l’attrait pour les mandalas tibétain.

Ces dernières années les publicitaires se sont inspirés de ce style, comme par exemple :

– Coca-Cola : la campagne Happiness Factory
– Pochette d’album Life in a Cartoon de Mika en 2007
– Haribo (Happy Life), Fanta ou autres boissons
Pour terminer, citons quelque-uns des plus connus de ces artistes : Rick Griffin, Peter Max, Stanley Mouse, Bill Graham, Michael English, Michael McInnerney, Martin Sharp et enfin Nigel Waymouth.

La musique 

Elle-même divisée en trois parties : le rock psychédélique, la pop psychédélique et la trance psychédélique.

the-doors
Affiche du concert de The Doors

Pour le rock, le plus connu, d’un strict point de vue musical, on peut détacher deux périodes. Le premier, en 1967, figure comme une sorte de matrice et de rêve éveillé pour tout amateur de musique psychédélique qui se respecte. On y trouvera les parutions de The Velvet Underground & Nico, The Piper at The Gates of Dawn, The Doors, The Who Sell Out, Disraeli Gears, Are You Experienced etc…

L’art musical psychédélique se trouve réactualisé vingt ans plus tard, sous les traits de Madchester, de l’ecstasy, de l’acid house et de l’émergence de la culture rave. Les enfants de cette nouvelle musique psyché s’appellent Primal Scream, Happy Mondays, Stone Roses…

Pour en savoir plus sur la pop et la trance c’est par ici :

Trance http://psytraveller.net/fr/604/

Pop https://fr.wikipedia.org/wiki/Pop_psych%C3%A9d%C3%A9lique

La littérature 

On parle de la « beat génération », avec Jack Kerouac, Allen Ginsberg, Aldous Huxley ou William S. Burroughs. Ces écrivains (entre autres) nous offrent des univers à la fois pleins de liberté, d’amour, de renouveau spirituel et intellectuel mais en révèlent aussi les côtés pervers (addiction, maladie mentale comme la déréalisation ou la dépersonnalisation ou encore la mort).

littérature.jpg

Le cinéma beatles-yellow-submarine

Pouvant apparaître de plusieurs façons, le psychédélisme peut se présenter sous la forme de musique de films (The Yellow Submarine pour le cinéma d’animation), ou lors de certaines scènes cinématographiques, plus ou moins clairement. Mon exemple personnel est la reprise du livre « Las Vegas Parano » de Hunter S. Thompson » au cinéma par Terry Gilliam en 1998, et ses effets visuels décrivant les effets hallucinogènes des drogues. Le psychédélisme est encore présent dans la culture cinématographique en tant que contre-culture.

Wendy.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s